Set up your business entity: Incorporate or not? That is the question

12 September, 2013 by Julie Alimi-Londner in Blog, Start-up

English version

You started to share your business idea with potential investors, you found your possible partner and the business plan is ready, great! Now it is time to focus on a very important strategic decision that will affect the future of your company: your business legal structure.

There are several business entities that you could use for your business. However, it is important to know which ones are not suited for small businesses and startups.

1. Business entities to exclude: sole proprietorship and partnership

These are the sole proprietorship, the limited and general partnership for the simple reason that they do not offer a separate liability protection. The owner is personally liable for the debts, taxes, employees’ claims and other liabilities In other words, if the sole proprietorship or partnership assets are not sufficient to satisfy a creditor’s claim or pay damages resulting from a judgment, the owner or partner is personally liable and the creditor can go after his personal assets (house, car…) to be reimbursed.

2.  Business entities to consider: S-Corp, LLC and C-Corp

S-Corp not suited for foreign entrepreneurs: Because most of our clients are foreign entrepreneurs, we do not recommend the use of the S-Corp for the sole reason that S-Corp owners need to be either US citizens or alien resident. Moreover, from a strategic standpoint, S-Corp does not offer the same flexibility in terms of issuance of stock as the C-Corp and is therefore not the favorite business entity of VCs and business angels.

LLC and C-Corp: Entrepreneurs really need to make a choice between the LLC and the C-Corp.

The LLC is a pretty recent business legal structure. Its main characteristic is its flexibility. It is pretty easy to set up an LLC. You only need to file the Article of Incorporation/Organization within the Secretary of State.

A C-Corp, on the other hand, is a very organized and structured business entity, that requires a lot of formalities for its formation and during the life of the corporation (i.e. “corporate governance”).

C-Corp: ideal for startup ready to receive funding immediately

Traditionally, business angels and VCs are more inclined to invest in C-corps rather than in LLC mainly for tax reasons.

So, if you know that your company will receive funding very soon after its formation, the C-Corp is the right choice for you.

LLC: ideal for startups retaining their profits in the company

However, if, like the majority of the startups we work with, you plan to raise capital but don’t know exactly if this will take 6 months or a few years, the LLC is a better option for you.

LLC: Pass-through entity by default

By default, the LLC is a “pass-through entity” taxed as a sole proprietorship (single owner LLC) or partnership (multi owners LLC). This means that all the profits and the losses pass through the LLC members directly who will report their profits on their personal tax return. The LLC itself does not pay any federal income taxes. The single layer of taxation may be attractive instead of the dual taxation of the C-Corp.

However, if your startup intends to retain its earnings in the company for its growth from one year to another, the members will have to report these profits in their personal tax return anyway and will end up to pay personal taxes subject to tax brackets higher than corporate tax brackets.

LLC: C-Corp election to opt

That’s why, in that situation, where the LLC plans to retain its profits and not distribute them among its members, the C-Corp election will help the startup save a lot of money in taxes.

Here’s how it works.

LLC PASS TROUGH

ABC is a young LLC startup with 3 members. Year 1, ABC made 100,000$ of profits.

ABC decides to retain these profits.

The retained earnings are subject to the personal tax brackets that can be as high as 39%. In that situation, they would not be higher than 28%.

ABC will have to pay around $28,000 of personal income taxes plus employment taxes on salaries.

LLC C CORP ELECTION

ABC is a young LLC startup with 3 members. Year 1, ABC made 100,000$ of profits.

ABC decides to retain these profits.

The retained earnings are subject to the corporate tax bracket (15% – 25%).

ABC will have to pay around $22,000 of federal income taxes, thus a $6,000 tax saving.

Note that if ABC pays its members a salary, these salaries will be subject to employment taxes but will also be deductible expenses for the corporation.

Summary

The LLC with a C-Corp election is one of the best structures for most of the young startups desiring to do retained earnings and only pay the salaries to its employees. It is a very easy company to set up and does not require a lot of formalities. It will save you a lot of money and time at the beginning. Once the company is ready to have investors in her capital, a conversion from a LLC with a C-Corp election to a C-Corp is easier to do than a conversion from an LLC pass through to a C-Corp.

Version française

Mise en place d’une entité aux USA : Société ou pas ? Telle est la question

Vous avez une idée et commencer à la mettre en exécution, vous essayer d’attirer d’éventuels investisseurs, vous êtes à la recherche d’un co-fondateur et votre business plan est maintenant ficelé, bravo ! Il est temps désormais de prendre une décision stratégique capitale qui affectera le devenir de votre entreprise : le choix de votre structure juridique.

Le droit américain offre un panel d’opportunités en terme de structures sociétaires. Cependant, il est important d’identifier quelles structures sont adaptées aux start-ups et celles qui ne le sont pas.

1. Les structures à exclure : auto-entrepreneur (sole proprietorship) et partenariat (partnership)

Ces deux formes d’exercice ne sont pas adaptées aux start-ups et petites structures pour la seule et unique raison qu’elles n’offrent aucune protection au niveau de la structure. Les personnes physiques derrière le business sont donc directement exposées et ne bénéficient pas d’une société écran. Le propriétaire du business répond personnellement des dettes, impôts, revendications des salariés et tout autre passif. Si les biens objets de l’auto-entreprenariat ou du partenariat ne sont pas suffisant à satisfaire la dette, le propriétaire personne physique est donc personnellement responsable et les créditeurs peuvent saisir ses biens personnels pour que leur dette soit honorée.

2. Les structures à envisager : S-Corp, LLC et C-Corp

S-Corp pas adaptées aux entrepreneurs français. La mise en place d’une S-Corp nécessite que l’ensemble de son actionnariat soit américain ou titulaire d’un visa de travail (green card, H1B). Le plus souvent, une partie de l’actionnariat reste en France et la création d’une S-Corp devient donc impossible. Par ailleurs, d’un point de vue stratégique, la S-Corp n’offre pas autant de flexibilité en termes d’émission d’actions que la C-Corp et n’est donc pas la forme de prédilection des investisseurs et business angels.

LLC et C-Corp : les entrepreneurs doivent en réalité faire un choix entre la LLC et la C-Corp

La LLC est une structure assez récente. Elle se caractérise par sa grande souplesse et flexibilité. Elle est régie par un pacte d’actionnaires (operating agreement), un contrat régissant les relations entre les membres, droits de vote, droits de préférence, etc… La création est assez simple, elle nécessite le dépôt de statuts (articles of incorporation) auprès du Secretary of State. La rédaction d’un operating agreement n’est pas obligatoire mais fortement recommandée.

La C-Corp à l’inverse est une structure très organisée avec un formalisme lourd tant au moment de sa création qu’au cours de son existence.

C-Corp : société idéale pour les start-ups désireuses de lever des fonds immédiatement

Traditionnellement, les investisseurs et business angels préfèrent investir dans des C-Corp essentiellement pour des raisons fiscales.

Si vous savez que votre société va lever des fonds rapidement après sa création (moins de 6 mois), la C-Corp sera alors la forme la plus adaptée à votre projet.

LLC : société idéale pour les start-ups désireuses de conserver les bénéfices au sein de la société

En revanche, si comme la majorité des start-ups avec lesquelles nous travaillons, vous entendez lever des fonds à plus ou moins long terme mais vous ne savez pas encore si la levée de fonds interviendra 6 mois après la création de la société ou 2 ans après. Dans cette perspective, la LLC sera alors la société de préférence.

LLC : « Société transparente » (pass-through entity) par défaut

Par défaut, la LLC est une société transparente taxée comme un auto-entrepreneur ou partenariat. En d’autres termes, tous les bénéfices et pertes traversent la société personne morale et sont répercutées sur ses membres personnes physiques, chargées de reporter le montant des bénéfices et pertes sur leur déclarations d’impôts personnels. La LLC personne morale ne paie pas d’impôt sur les sociétés ce qui permet d’éviter le système de double imposition caractéristique d’une C-Corp. Ce système peut paraitre attractif de premier abord. Mais il ne se révèle intéressant que si la start-up entend distribuer ses bénéfices par l’intermédiaire de distribution de dividendes ou bonus. Dans cette situation, la société échappe à la double taxation et seuls les membres seront taxés à titre personnel.

En revanche, si vous entendez capitaliser vos bénéfices d’une année sur l’autre en vue de la croissance de la société et ne pas procéder à de distributions de dividendes, les membres de LLC seront toujours tenus de reporter lesdits bénéfices sur leurs déclarations d’impôts et devront alors payer des impôts personnels élevés avec des tranches plus élevées que les tranches impôt société.

LLC : Société avec option « opacité fiscale » (C-Corp option)

C’est pourquoi, dans cette situation, lorsque la société décide de ne pas redistribuer ses bénéfices et choisi d’accroitre sa valeur pendant les premières années, l’option C-Corp aidera la start-up à faire des économies d’impôts.

A titre illustratif, voici comment l’option fiscale fonctionne.

LLC SOCIETE TRANSPARENTE (PASS-TROUGH)

ABC est une jeune start-up LLC avec 3 membres.

Année 1, ABC réalise un bénéfice de $100,000. ABC décide de conserver ses bénéfices plutôt que de les distribuer.

Les bénéfices non distribués (retained earnings) sont assujettis à l’IR par tranche pouvant atteindre 39% maximum. Dans notre exemple, le barème serait 28%.

ABC sera redevable de $28,000 d’IR sur la tete de ses membres. Il convient d’ajouter les charges sociales en cas de versements de salaires aux membres.

LLC AVEC C-CORP OPTION

ABC est une jeune start-up LLC avec 3 membres.

Année 1, ABC réalise un bénéfice de $100,000. ABC décide de conserver ses bénéfices plutôt que de les distribuer.

Les bénéfices non distribués (retained earnings) sont assujettis à l’IS par tranche (15% à 25%).

ABC sera redevable de $22,000 d’IS fédéral, soit une économie d’impôt de $6,000.

Si ABC décide de verser des salaires à ses membres, lesdits salaires seront assujettis aux charges sociales mais ces charges constitueront également des charges déductibles de la société.

Conclusion

La LLC option C-Corp est une des structures les mieux adaptées aux start-ups désireuses de conserver leurs bénéfices et d’accroitre la valeur de leur société et seulement payer des salaires à leurs employés. C’est une structure facile à mettre en place qui ne requiert pas beaucoup de formalisme. Ce schéma vous permettra de faire d’importantes économies d’impôts et gain de temps lors des premières années. Une fois la société prete a lever des fonds, une transformation LLC C-Corp option en une C-Corp sera plus facile et moins onereuse qu’une transformation LLC- Pass trough en une C-Corp.

Leave a Reply

Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current day month ye@r *